Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 08:12

On n’a guère remarqué, semble-t-il, que Benoît XVI a dit aux évêques français :

« Le peuple chrétien doit vous considérer avec affection et respect. »

C’est bien normal, pensera-t-on.

Oui mais… ce n’est pas au peuple chrétien que Benoît XVI l’a dit.

C’est aux évêques. Cela dépend d’eux.

Benoît XVI le leur a glissé avec beaucoup de discrétion, mais aussi de netteté, entre une citation de saint Paul et une autre de saint Ignace d’Antioche, celle-ci affirmant que « tous ceux qui sont à Dieu et à Jésus-Christ, ceux-là sont avec l‘évêque », mais cela aussi adressé aux évêques, parce que cela relève d’abord de leur mission, « surnaturelle surtout », de créer les conditions nécessaires pour que le peuple chrétien puisse les considérer avec respect et affection.

Il y a donc des conditions nécessaires qui ne dépendent pas de nous, elles dépendent des évêques eux-mêmes. Naturellement, ils voudraient être aimés. Ne disons pas qu’ils ne font rien pour cela. On en voit plus d’un au contraire faire de grands efforts pour apparaître comme un chic type sympa, plein de simplicité et d’agrément dans la conversation, toujours prêt à l‘écoute, à l’accompagnement, au dialogue, vachement ouvert à la modernité et au progrès, toutes qualités individuelles supposées ou réelles, mais en tout cas complètement à côté de la plaque.

Pour ne pas remonter plus haut, ils ont fait l‘éloge du « grand mouvement » de Mai 68, dont l’idéologie et les acteurs sont encore très largement dominants dans la classe dirigeante (politique, audiovisuelle et religieuse) ; ils ont adhéré à ce « grand mouvement », ce fut, faut-il donc le rappeler, leur fameuse déclaration collective du 20 juin 1968, ils ont accueilli alors l’appel « à bâtir une société nouvelle », « d’autant plus, disaient-ils, que le Concile en avait pressenti l’exigence ». Ils ne savaient pas, ou peut-être ils ne savaient que trop bien, que ce grand mouvement était celui des « trois M » : Marx, Mao et Marcuse. Et depuis Mai 68, les organismes collectifs de l‘épiscopat ont sans cesse tenu à manifester plus ou moins ouvertement leur partialité temporelle toujours pour le même modernisme. Y compris pour la dialectique marxiste de la suicidaire « lutte contre toute espèce de discrimination ». Telle est la sorte de « conditions nécessaires » qu’ils ont créée dans le catholicisme français. Avec une stricte relégation sociologique, toujours en vigueur, infligée à ceux qui ne suivaient pas.

Si relégués que nous soyons, eh bien, à chaque messe partout, aux prières du canon, nous prions pour l‘évêque du lieu, et tels sont en tout cas le respect et l’affection que nous ne refusons jamais à sa fonction surnaturelle, même s’il nous rejette : affection, respect, vénération pour la succession apostolique sans laquelle les sacrements ne seraient plus valides et l’Eglise n’existerait plus. Cette vénération et cet amour vont à l‘être historique de l’Eglise, à sa continuité surnaturelle, à sa tradition, – à travers les péripéties, incertitudes et variations humaines : aucune d’entre elles, sans doute, n’est plus significative que celle que nous vivons en ces jours concernant le saint sacrifice de la messe.

En effet : non seulement nos évêques ont prétendu nous interdire la messe traditionnelle, non seulement leur missel du dimanche a osé enseigner pendant des années qu‘à la messe il y a seulement mémoire de l’unique sacrifice déjà accompli, mais encore ils n’ont pas clarifié la situation. La plupart d’entre eux semblent en être plus ou moins restés à la doctrine de l’article 7 première version et paraissent répugner à enseigner explicitement que chaque messe est le renouvellement non sanglant du sacrifice de la croix. Ils n’ont pas rectifié non plus leurs traductions contestées du Credo, du Pater et de leur Bible Bayard. Et ils s’arrangent pour pratiquement mutiler la liberté retrouvée de célébrer la messe traditionnelle sans aucune autorisation préalable. Alors, sans rien retirer à notre vénération pour la succession apostolique, et en écartant tout ce qui dans leurs individualités nous ferait hurler de rire ou d’indignation, la sorte d’affection que nous ne pouvons refuser à leurs personnes est une profonde et cordiale compassion.

JEAN MADIRAN

Article extrait du n° 6682 de Présent du Vendredi 26 septembre 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by XA - dans Madiran
commenter cet article

commentaires

hera 26/09/2008 12:32

Effet de levierPour bouger une grosse Pierre, il suffit d'un baton de Pasteur et d'une cale solide comme un saint pape.Le baton appuie sans ménagement sur la cale, la cale déforme le bâton... mais la grosse Pierre finira par bouger!Tout est utile, la cale, le baton, et les pressions qu'ils s'infligent. Tant que rien ne se brise.Autrement dit, dans toute révolution il faut une aile dure et une aile modérée. Qu'elles se tapent dessus est normal et fait partie de leur efficacité. Jusqu'à un certain point bien sûr.