Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 18:54
Philippe Pichot-Bravard est un jeune historien, né en 1974, qui avait publié, jusqu’ici, deux romans historiques et un récit (L’Epopée de la Vendée). Sa première étude historique reprend, en le développant, un mémoire de sciences politiques soutenu, il y a quelques années, à l’université de Paris II.

L’idée la plus communément répandue est que les catholiques ont apporté un soutien massif au coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte puis au Second Empire. Ingrat, Napoléon III aurait rendu la vie difficile à l’Eglise et « lâché » Pie IX qui a essayé, jusqu’au bout, de sauvegarder son domaine temporel.

Les choses sont moins simples. Les positions des uns et des autres – Veuillot par exemple – ont connu des variations dans le temps. Le mérite de l’étude de Pichot-Bravard, qui s’appuie notamment sur un examen très attentif des résultats électoraux du Maine-et-Loire, est de mettre en lumière ces variations, leurs raisons et les enjeux.

Il caractérise justement l’idéologie du Second Empire comme un « mélange d’autorité et de démocratie plébéienne », ce qu’on appelle le « césarisme ». Napoléon III ne fut pas un contre-révolutionnaire (ni Napoléon Ier d’ailleurs). Au lendemain du coup d’Etat du 2 décembre, Louis Veuillot, pourtant, le croit : « La révolution du 2 décembre est une véritable contre-révolution. » Certes « les gens qui tiennent le pouvoir […] ne sont pas chrétiens mais, écrit Veuillot le 16 décembre, […] de bons diables, point voltairiens, point philosophes, point gallicans ». Quelques jours plus tard, il va plus loin encore estimant que Louis-Napoléon Bonaparte combat les principes de la Révolution « avec une vigueur inconnue, et que n’a osé montrer depuis cinquante ans aucun pouvoir ».

Veuillot, en la circonstance, ajoute l’illusion à l’injustice (Louis-Napoléon plus contre-révolutionnaire que Charles X ?). Il reviendra de ses illusions. Défenseur du pape et de l’Eglise, son journal, L’Univers, sera interdit en 1860.

L’épiscopat, lui, tout en étant divisé, variera dans son attitude face au régime. A une époque où l’influence du clergé est encore importante, notamment dans les zones rurales, les consignes de vote de l’épiscopat déterminent en partie les résultats électoraux. Philippe Pichot-Bravard remarque : « Pour bien comprendre le vote de chaque commune, il faudrait disposer d’indications précises sur l’attitude du clergé local. L’influence de celui-ci reste souvent déterminante, et le restera encore longtemps. En Ille-et-Vilaine, il suffit que l’évêque de Rennes donne des consignes de vote précises à l’occasion du plébiscite de 1852 pour que les abstentions légitimistes du 20 décembre 1851 se changent en votes positifs. A l’inverse, le clergé nantais, imitant son évêque, demeure légitimiste. Il en est de même de Mgr Baillès, évêque de Luçon qui, après plusieurs démêlés avec les autorités de l’Etat, abandonne son siège épiscopal au vicaire général de Coutances. Or la Vendée et la Loire-Inférieure comptent au rang des départements les plus réticents à l’égard du nouveau régime. »

Le bienheureux Pie IX

Philippe Pichot-Bravard analyse de manière plutôt claire les raisons qui ont incité Louis-Napoléon Bonaparte à intervenir à plusieurs reprises en Italie, d’abord en faveur de Pie IX, puis pour soutenir le Piémont-Sardaigne (donc non en faveur de Pie IX), puis à nouveau pour aider le pape à garder une part de souveraineté temporelle. L’image de Napoléon III en a été brouillée : « La chute de l’Empire entraîne, dans les jours qui suivent, la chute de Rome dont la France interdit la route au Piémont depuis trois ans. L’Empire passera donc pour le dernier défenseur de la souveraineté du pape qu’il a pourtant contribué à fragiliser. »

Philippe Pichot-Bravard est moins convaincant, disons plus superficiel, lorsqu’il évoque Pie IX. Sur ce pape, il semble ne connaître qu’un livre, celui du chanoine Aubert, qui reste une référence mais qui date d’un demi-siècle.

Et surtout il répète, à cinq ou six reprises, le même anachronisme : le Syllabus de 1864 aurait condamné le « modernisme », les « catholiques modernistes ». Pichot-Bravard nous dit même : « Le Syllabus condamne avec netteté ce qu’il nomme “les erreurs du modernisme”. » Le modernisme n’existait pas en 1864, le mot ne se trouve pas dans le Syllabus. Il apparaîtra, au sens actuel, au début du XXe siècle.

• Philippe Pichot-Bravard, Le Pape ou l’Empereur. Les catholiques et Napoléon III, Editions Tempora (11, rue du Bastion Saint-François, 66000 Perpignan), 204 pages.

YVES CHIRON

Article extrait du n° 6742 de Présent du Samedi 20 décembre 2008

Je vous rappelle que Philippe Pichot-Bravard sera l'invité du Forum le 11 février prochain
.

Partager cet article

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article

commentaires