Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 08:58

Grâce au séminaire et à la figure du curé d'Ars, le diocèse limite le manque de prêtres. Mais comment rénover l'image de l'Église pour rassembler des brebis de plus en plus égarées ?

LE PROGRES du 15 mai 2010

Depuis le 8 mai et jusqu'au 23 mai, de drôles de paroissiens relient Ars à Belley en calèche. Des croix de bois sous les chasubles fluo et cette inscription sur la roulotte : « marche de l'Évangile ». Le soir, un clown fait rire les enfants sur le parvis, avant la messe et la veillée de prières. Parole : « si tu ne vas pas à l'église, l'Église viendra à toi ». Dieu et Lagardère, même combat.

Mission : impossible ? Comme les autres, le diocèse de Belley-Ars subit la crise des vocations. 64 curés pour 96 groupements de paroisses, c'est peu pour qui veut rassembler des brebis de plus en plus égarées. « J'ai vu des prêtres quitter le ministère parce qu'ils ne sont pas assez nombreux et que tout le poids de l'Église repose sur eux. Quant aux laïcs, ils sont souvent âgés et moins disponibles », explique le père Roger Hébert.

51 ans, originaire de Thil, cet abbé rabelaisien aurait pu jouer frère Tuck dans Robin des Bois. Ou envisager une carrière dans le foot, comme en atteste son passé de joueur et d'arbitre officiel. Ordonné en 1984, l'homme de terrain continue de pratiquer un jeu offensif. Ce qui lui vaut d'être nommé vicaire général du diocèse en 2006, en charge de l'évangélisation. À ce titre, il conduit la quinzaine de la mission.

« La crise est devenue plus aiguë dans les années 90. En France, certains diocèses n'ont pas eu d'ordinations depuis des années », dit-il. Avec trois ordinations par an, celui de Belley-Ars se garde d'une telle pénitence.

L'arrivée de Mgr Bagnard à l'Évêché et la création du séminaire d'Ars en 1988 ont évité la désaffection. « Autrefois, on accueillait beaucoup de gens sans racines, de jeunes qui avaient été refusés ailleurs. Beaucoup ont choisi ce diocèse à cause de la figure du curé d'Ars. »

Si l'Église de l'Ain pallie le manque de prêtres, son image ne s'est pas forcément améliorée sous la main de fer de Guy Bagnard. Les chrétiens d'ouverture lui reprochent son rigorisme, un repli vers la liturgie, l'adoration, la procession, initié par des cols romains trop amidonnés. Tout cela sous l'auréole du mystique Jean-Marie Vianney, son immense compassion mais aussi son ascèse doloriste, ses démêlées avec le Malin, son corps imputrescible et sa relique cardiaque. Bref, pas très « fun » et quelque peu obscur aux yeux des modernes.

« On a beaucoup exagéré le truc », estime Roger Hébert tout en reconnaissant que « cette incompréhension a abouti à une cassure avec l'Évêque ». Lequel aurait mis pas mal d'eau dans son vin ces derniers temps. « Le vrai pasteur est celui qui est capable de bouger. Si l'on ne va pas à moi, c'est peut-être à moi d'aller vers soi. » On y revient.

Au-delà de la crise des vocations, l'objet de la quinzaine de la mission est de rénover l'image de l'Église. « On a l'image qu'on se donne », affirme Roger Hébert. « Si elle est larmoyante, que l'on gémit sur nos difficultés, pas étonnant que les jeunes n'aient pas envie de nous rejoindre. »

L'évangélisation ? « Une histoire de pyromanes », selon le vicaire général. « Si nous, on n'a pas le feu sacré, comment voulez-vous que les gens s'engagent ? Comme les apôtres avaient reçu le feu du Saint-Esprit, à nous de le semer et de multiplier les foyers. »

Marc Dazy


REPERES

207 prêtres dans le diocèse de Belley-Ars. Dont 150 en activité, y compris les vicaires, aumoniers et ceux qui officient hors-diocèse.

64 curés en charge des 96 groupements paroissiaux de l'Ain.

101 projets initiés dans le diocèse jusqu'au 23 mai, dans le cadre de la quinzaine de la mission. « On a privilégié la méthode inductive » dit Roger Hébert. « Chacun a monté son projet. Miribel par exemple, privilégie l'accueil et l'explication à l'occasion de la première communion. Des jeunes de l'aumônerie de Bourg vont rencontrer ceux du skate park de la Vinaigrerie ».

Partager cet article

Repost 0
Published by XA - dans Evêques
commenter cet article

commentaires

Olivier C 21/06/2013 07:37


Tiens! Du coups j'ai eu drtoi à la piqure de rappel à cause du message précédent...


Plus de trois ans après mon premier post ici je suis allé voir les statistiques : le diocèse de Belley-Ars tient le coup dans ses effectifs pour l'instant. Ceci est dû en partie à une tradition
d'accueil de prêtres extérieurs, entretenue par l'évêque du lieu (vous le mentionnez dans votre article). Mr. Rey, à Fréjus-Toulon, fait de même.

XA 21/06/2013 08:04



Je précise que cet article n'est pas de moi mais extrait du journal LE PROGRES.



Olivier C 16/05/2010 20:30


Mmm... cette lecture m'inspire une réflexion : on veut bien des prêtres mais si possible de la manière que l'on veut. Bien sûr le manque de prêtres n'est pas une raison pour ordonner sans
discernement, mais pour ce qui est d'une sensibilité religieuse...

Ces "chrétiens d'ouverture" cités dans l'article ne devraient-ils pas commencer par se remettre en question au sujet de leur "ouverture" d'esprit avant de remettre en question celle des autres ?