Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 10:20
http://a31.idata.over-blog.com/300x168/3/38/14/16/images/k.jpgLe blog Perepiscopus diffusait hier une photo de Monseigneur Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg, célébrant les confirmations en la paroisse de La Croix Gorieuse le 31 janvier.


Avec toute la morgue qui lui est propre, le docteur Crouan, responsable du site Pro Liturgia, croit bon d'ironiser en écrivant

Mgr Kratz nous donne la preuve qu'un prêtre - un évêque! - peut très bien célébrer la messe selon la forme "extraordinaire" du rite romain
sans plus trop savoir ce qu'est l'Eucharistie...

Heureusement que le ridicule ne tue pas.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Custodie 01/03/2010 14:09


Dans le cas présent, le docteur Denis Crouan a parfaitement raison. Mgr Kratz est capable de concélébrer avec un pasteur aussi bien que de confirmer des jeunes selon la forme extraordinaire du
rite.
Pour l'avoir vu lors de confirmation selon le rite extraordinaire, je peux vous affirmer qu'il n'a pas la moindre idée de ce qu'il fait et de ce qu'il dit. Sans les prêtres qui l'assistent, il ne
saurait pas même faire une messe basse.
Je peux encore vous assurer que son estime pour la messe tridentine est aussi inexistante que sa connaissance du latin et de la liturgie.


XA 01/03/2010 21:51



Mon propos n'est pas là. Le docteur Crouan ironise sur la forme extraordinaire. La question n'est pas de dire que les prêtres qui célèbrent selon la forme extraordinaire sont des saints et ceux
qui célèbrent selon la forme ordinaire des renégats et des quasi-apostats. Non. Le docteur ironise. Bien sûr que l'on peut célébrer selon la forme extraordinaire et ne pas croire en la présence
réelle. Là n'est pas la question.
Le docteur aurait pu faire état du fait que Mgr K. n'avait pas de ligne de condui,te , faisant tout et son contraire. Mais son propos, je me répète, n'était pas là. Ce qui importait dans son
m...essage du jjour, c'était de fustiger les tenants de la messe grégorienne, une fois de plus. Une ironie malsaine. Celle de l'aventurier de la messe perdue.
On ne peut que le plaindre. C'est dur de ne pas avoir droit à la messe telle que l'on se la représente, telle que l'on croit qu'elle existe. En France, c'est une denrée spirituelle rare.
Mgr K. est loin d'être une exception.