Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 11:56

Le cardinal Barbarin, a posé vendredi, la première pierre de l'église Saint-Thomas à Vaulx-en-Velin. Le chantier doit démarrer en juin, pour une inauguration prévue le 7 avril 2012

Son bras s'allonge vers la pierre brune et anguleuse que le paroissien de rite chaldéen tient religieusement entre ses mains. « On commence par celle-là, c'est la plus précieuse ! », sourit le cardinal Barbarin en saisissant le morceau de roche prélevé dans l'une des plus anciennes églises chrétiennes du nord de l'Irak (XIIIe siècle de notre ère). D'un geste précautionneux, il dépose ce témoignage de foi historique au pied d'une grande croix plantée sur la pelouse, près de la sculpture d'une religieuse lyonnaise représentant Jésus et Marie.

L'Orient soudé à l'Occident : beau symbole de fraternité que la cérémonie, organisée vendredi midi à Vaulx-en-Velin par le diocèse de Lyon, pour la pose de la première pierre de la future église Saint-Thomas. Bientôt, la roche irakienne sera enchâssée dans l'autel : les travaux doivent commencer en juin prochain et l'inauguration de l'édifice est prévue le 7 avril 2012, mais déjà, « c'est un véritable événement pour [notre ville] et pour tout l'Hexagone : cette église est la seule construite en France à la minute où nous vivons », a insisté le père Régis Charre, curé de l'ensemble paroissial de la commune. C'est même la première dans la région de Lyon depuis quarante ans. Un « beau projet » pour répondre aux « nouveaux besoins » de jeunes communautés chrétiennes qui s'enracinent dans l'agglomération. Victimes de persécutions dans leur pays, les Chaldéens d'Irak sont l'une des plus importantes, avec 350 familles représentant plus de 800 personnes dans le département. « Les chrétiens d'Orient savent à quel point nous portons leurs souffrances», a rappelé le cardinal Barbarin, « et nous sommes heureux, a-t-il ajouté, de donner à cette église le nom de Saint-Thomas : il avait été le premier à évangéliser le Moyen-Orient ». Mais le bâtiment religieux sera celui de tous les catholiques - africains, tamoul et autres - qui pourront y assister aux messes de leur choix. Un lieu ouvert et métissé que l'archevêque de Lyon voit comme une « maison de paix ». « La construire dans un lieu associé au souvenir des violences des années quatre-vingt est très symbolique », a martelé le cardinal Barbarin, devant 300 personnes, de nombreux fidèles, mais aussi un parterre d'élus de tout bord, et des représentants des religions chrétienne, juive et musulmane. L'Eglise va maintenant devoir s'atteler à boucler le financement du projet : il reste plus de 2 millions d'euros à trouver, sur les quelque 4 millions que coûtera le chantier. « Nous sommes confiants », assurait vendredi le diocèse.

Nicolas Ballet

nballet@leprogres.fr

« Un espoir » pour les chrétiens d'Orient

« La construction de cette église donne de l'espoir aux chrétiens en Irak comme aux catholiques en France ». Nabil (Paul) Chamoun est ému. Cet Irakien, ex-professeur de mathématiques dans son pays, fait partie des familles de rite chaldéen à s'être réfugiées dans le Rhône au cours des vingt dernières années pour échapper à la guerre et, dans certains cas, aux persécutions. « Les chrétiens vivent toujours dans une peur de l'avenir », rapporte, de retour de Bagdad, le père Muhannad Al Tawid, curé de la toute récente paroisse Saint-Ephreme des Chaldéens à Vaulx-en-Velin. « En Irak, les non-chrétiens ont tendance à penser que l'Occident est totalement chrétien et donc, que le fait de kidnapper un chrétien va permettre d'obtenir une rançon de la part des « cousins. » L'offensive lancée par les États-Unis avait ancré, chez certains musulmans, l'idée d'une 5e colonne chrétienne. « Les chrétiens irakiens sont des gens pacifiques, dépouillés de tout pouvoir », insiste le père Al Tawid.

N. B.

LE PROGRES

Partager cet article

Repost 0

commentaires