Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 21:04
Ils font l'objet d'un magazine de CAPA pour l'émission "les Infiltrés" de France 2. Plusieurs plaintes ont été déposées.

L'émission "A l'extrême-droite du Père" est consacrée à un groupuscule d'extrême droite Dies Irae et à ses liens avec les milieux catholiques traditionalistes, parmi lesquels l'église Saint Eloi et l'école Saint Projet à Bordeaux, ce dont ces derniers se défendent.


 

L'histoire : un homme s'est présenté à l'église Saint Eloi de Bordeaux pour y suivre un catéchuménat. Infiltré pendant plusieurs semaines dans la communauté, ce journaliste qui s'est fait appelé Mathieu Maye est devenu surveillant à Saint Projet. Il a recueilli en caméra cachée les propos de membres de la communauté, adultes et enfants. Des propos parfois antisémites et racistes, rapportés en direct sur France 3 Aquitaine par Laurent Richard, rédacteur en chef de l'émission "les Infiltrés" : "le but pour nous, c'était de raconter comment fonctionne un groupuscule d'extrême-droite. Et pendant cette infiltration, qui a duré plusieurs mois, nous avons pu observer l'influence d'une paroisse à Bordeaux et aussi l'organisation d'une école, où le professeur par exemple explique que de Gaulle est un "déserteur", que Pétain est un "grand homme d'Etat" et que la Waffen SS était une "armée d'élite ."

 

Le magazine n'a pas encore été diffusé. Cependant, le concept de l'émission prévoit que chaque document soit suivi d'un débat, enregistré récemment. Les participants de ce débat ont vu le documentaire et certains se sont épanchés sur Internet, notamment Daniel Hamiche, directeur de la rédaction du site Riposte catholique.

Avertis, les parents d'élèves et la direction de l'école ont porté plainte en début de semaine pour "incitation à la commission de délit sur mineur". Ils veulent empêcher la diffusion du reportage et se défendent de tout lien avec Dies Irae.

 

"Scandalisée, choquée"
Le Cours Saint Projet, dans un communiqué, estime que l'établissement "a fait l'objet de calomnies gravissimes de la part de journalistes de la Télévision publique ayant recouru à des manipulations de mineurs et des mensonges d'une extrême gravité". L'équipe éducative et des parents d'élèves ont même enregistré une vidéo disponible sur Dailymotion : "concernant cette émission, je suis meurtrie, choquée, scandalisée que l'on parle de la vie d'une école résumée comme ça, sachant qu'on a manipulé les enfants, manipulé les jeunes. Je n'ai jamais assisté à la tenue de tels propos", s'indigne Caroline, présentée comme professeur de français au Cours Saint Projet dans la vidéo.

Laurent Richard, rédacteur en chef des "Infiltrés" réfute toute accusation de manipulation : "on n'a pas appris la chanson aux enfants qui chantent à la mémoire d'Auschwitz. On n'a pas non plus appris, ou incité, ou poussé le professeur à faire de telles déclarations à des enfants sur De Gaulle "déserteur" et Pétain un "grand homme d'Etat. Nous avons les rushs et nous sommes très sereins là-dessus."

 

Dies Irae parle sur son site de "charge virulente, outrancière, et caricaturale à l'excès sur les catholiques traditionalistes de Bordeaux". Le mouvement a été  fondé en 2008 par Fabrice Sorlin, militant du Front National qui a été candidat aux législatives. Toujours sur son site, Dies Irae se présente comme un "mouvement politique et social qui a fait de l'implantation locale et de la formation ses axes principaux d'activité".
Mais selon l'AFP, qui cite le documentaire, les membres de Dies Irae "
gerbent (vomissent) la démocratie moderne" et veulent "déstabiliser le pouvoir". "Les carnets de Turner", roman néo-nazi sur la suprématie blanche (interdit à la vente en France), sont une de leurs références et ils "se préparent au combat de rue pour le jour où le pouvoir sera à ramasser", indique cette enquête, toujours selon l'AFP.

 

L'Institut du Bon Pasteur et  la paroisse traditionnaliste Saint Eloi dirigés par l'abbé Laguérie, ont décidé d'adresser une mise en demeure à France 2. Selon "les Infiltrés", les caves de l'église accueilleraient des réunions du groupuscule Dies Irae.
"
Nous demandons (à France 2, ndlr) de ne pas diffuser les images de l'abbé Laguérie, qui sont d'ailleurs floutées par des méthodes qui ne sont pas celles de journaliste alors qu'il est public et reconnaissable, explique Me Jérôme Triomphe, l'avocat de l'abbé Laguérie. Et ce dans le seul but d'accréditer le fantasme des "Infiltrés" dans ces relations supposées et totalement fantasmatiques qu'il aurait avec un groupuscule tout aussi fantasmatique", poursuit l'avocat.

 

Une campagne de dénigrement dans la presse et sur Internet  est ouverte, campagne  qui semble parfois même verser dans la chasse à l'homme : une photo présentée comme celle du journaliste auteur du magazine circule en effet sur la toile.

"C'était prévisible, selon Laurent Richard, que ceux qui sont mis en cause dans ce reportage, que ceux qui tiennent des propos racistes, facsistes, aux idées nauséabondes, protestent contre le diffusion de ce reportage et tentent même de l'empêcher. Le journaliste a travaillé avec des méthodes de journalistes, c'est-à-dire découvrir la vérité dans un seul but : informer le public".


 

Cette polémique devrait se poursuivre dans les jours à venir, le temps que la justice examine les différentes plaintes et mises en demeures déposées contre France 2 et CAPA.

Partager cet article

Repost 0

commentaires