Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 22:09

Nos chers évêques n'ont pas entendu prendre part officiellement la campagne présidentielle en donnant de consigne de vote. Soit.

Nous les voyons aujourd'hui se succéder les uns aux autres pour dénoncer certains projets gouvernementaux, projets qui étaient clairement annoncés dans le projet Hollande.

Pourquoi Nosseigneurs n'ont-ils pas averti plus fortement nos concitoyens et même les catholiques plus tôt ? Seraient-ils les champions d'un combat perdu d'avance ? 

Simples questions.

Partager cet article

Repost 0
Published by XA - dans Evêques
commenter cet article

commentaires

Olivier C 21/06/2013 07:51


Je ne connais pas les cercles que vous fréquentez, mais dans mes cercles de relations catho nous avions connaissance de ce projet, et clairement conscience de ses répercutions.


La conférence des évêques ne donne pas d'orientation politique, mais des points d'attention éthiques. Parmis ceux-ci notons celui de la famille (publié le 3 octobre 2011) :


"En créant l'être humain, « homme et femme », Dieu a suscité une relation de complémentarité à la fois biologique et sociale qui se retrouve dans toute la société. La différence sexuelle de
l'homme et de la femme est fondatrice et structurante de tout le devenir humain. De plus, l'union de l'homme et de la femme scellée dans le mariage est le moyen le plus simple et le plus efficace
d'accompagner le renouvellement des générations et d'accueillir les enfants pour les introduire en ce monde. La famille, fondée sur l'union durable de l'homme et de la femme, doit être aidée
économiquement et défendue socialement car, à travers les enfants qu'elle porte et qu'elle éduque, c'est l'avenir et la stabilité de la société qui sont en jeu."

rh 10/11/2012 12:08


Ils ont peut-être pensé comme moi que ça avait moins de chance de passer avec les socialos, moins hypocrites et moins subtils, qu'avec la droite, qui a fait passer toutes les reformes de la
culture de mort.