Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 20:48

J'ai entendu ce soir cette nouvelle sur les ondes de RTL. Je la trouve purement et simplement indécente dans les temps que nous vivons. Plus cela va et plus le gouvernement montre combien il est loin des conditions de vie des Français, alors même que le Président de la République nous explique - à juste titre - qu'il nous faut restreindre notre train de vie. Il faut quand même bien nous représenter ce que sont 116.000 euros. C'est en gros 800.000 de nos anciens francs... Je réalise que vous ne savez peut-être même pas de quoi je parle, alors, voici : c'est tiré de chez mediapart.

Un ministre se paye un vol en jet privé à 116.500 euros pour sauver Haïti

 

© DR

 

Pour aider à la reconstruction d'Haïti après le terrible séisme qui a ravagé l'île début janvier, la République française est prête à tout. Y compris à envoyer son ministre de la coopération et de la francophonie en jet privé – et au prix fort – pour qu'il participe, dans les Antilles, à la Conférence internationale des villes et régions du monde pour Haïti.

Sur le site du JDD, on a plus de détails sans payer :

Joyandet se la joue jet set

Afin de se rendre à une conférence internationale en Haïti, Alain Joyandet, secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, a loué un jet privé pour un coût faramineux, révèle Mediapart, dimanche.

Aider Haïti à tout prix, même prohibitif. Dimanche, Mediapart a révélé le coût de la venue d'Alain Joyandet, secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, à Port-au-Prince, pour la Conférence internationale des villes et régions du monde pour Haïti. Une réunion d'importance car destinée à préparer la grande conférence des donateurs, qui se déroulera prochainement aux Nations unies. Alain Joyandet ne pouvait donc pas la rater. Et comme son calendrier était serré, le secrétaire d'Etat a loué un jet privé. Pour un montant de 116.500 euros.

Un aller-retour express qui coûte cher. Parti de l'aéroport du Bourget le 22 mars au soir, Alain Joyandet était de retour à Paris le surlendemain au petit matin. Un passage éclair de moins de 48 heures. Et si le gouvernement dispose d'une flotte d'avions et Air France de vols quotidiens à destination de l'île ravagée par un séisme, Alain Joyandet n'a pas souhaité y recourir. Raison invoquée, le calendrier:"J'avais des contraintes de calendrier telles que je n'ai pas pu exceptionnellement faire le déplacement avec des avions de ligne", se justifie-t-il ce lundi sur le site du Parisien .

Le même jet que le président

Quid du vol retour? "Le premier avion de ligne aurait fait rater le conseil des ministres à M. Joyandet, chose qu'il ne pouvait pas se permettre vu l'importance de ce conseil, le premier après les élections régionales", explique son entourage à Mediapart. Reste un détail plus difficile à justifier. Plusieurs compagnies aériennes avaient en effet été sollicitées par le ministère des Affaires étrangères. L'une d'entre elles avait proposé un aller-retour pour 107.000 euros, sur un Falcon 900EX. Mais Alain Joyandet a préféré voler sur le même avion que Nicolas Sarkozy, un Falcon 7X, qui appartient à la gamme au dessus, et coûte donc plus cher: 116.500 euros. "Il faut vérifier mais il était au même prix que l'autre, mais avec une escale. M. Joyandet est droit dans ses bottes", a répondu le ministère.

A défaut de convaincre totalement, l'explication a le mérite d'exister. Mediapart rappelle ainsi que le 14 janvier dernier, Alain Joyandet avait déjà loué un jet pour se rendre en urgence à Haïti, et avait alors déboursé 160.000 euros. "La Direction générale de l'aviation civile était en grève ce jour-là", avait rétorqué le ministère.

Partager cet article

Repost 0
Published by XA - dans Société
commenter cet article

commentaires