Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 21:53
Ce qui est pénible, lorsque l'on rencontre des Témoins de Jéhovah, c'est qu'ils répètent toujours la même chose. Ils ressassent, ils rabâchent, ils ressassent, ils rabâchent. Bref : ils n'en sortent pas. C'est usant, c'est horrible.  J'admire ceux qui parviennent à discuter avec eux pendant des heures en tentant de les convaincre. Ils se trompent souvent en cherchant à argumenter sur leur propre terrain, c'est à dire pour ce qui les concerne en partant de la Bible. C'est un exercice difficile, parce que la Bible, souvent ils la maitrisent bien... sauf qu'ils n'ont pas tout à fait la même traduction.  C'est là le hic. Ce qui fait que le dialogue est difficile. Et rasoir. Mais rasoiiiiir. Comme ce n'est pas permis. XA
Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 14:49

Il y a 45 ans ce jour que le Bienheureux pape Jean XXIII était rappelé à Dieu.

Partager cet article
Repost0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 12:29

 
L’uléma chiite très proche du Hezbollah, Mohammad Hussein Fadlallah, a critiqué l’appel à l’évangélisation du monde lancé par le Saint-Père Benoit XVI. Sa critique se résume en quatre points publiés par un communiqué distribué à la presse et que cite notre confrère libanais, L’Orient-Le Jour, et qui se passe de commentaires.– Maroun Charbel

« La prédication religieuse est une chose naturelle [mais] l’évangélisation envisagée, qui touche en particulier des régions musulmanes, est concomitante à une campagne mondiale (...) destinée à déformer l’image de l’islam, présenté comme un ennemi de la civilisation et du progrès de l’humanité.

« C’est à se demander s’il existe un recoupement d’intérêts objectifs entre l’appel du pape, la campagne hostile à l’islam et les campagnes militaires d’ingérence dans les affaires de plusieurs pays musulmans… De quoi rappeler d’amères expériences d’évangélisation passées, venues dans nos pays sur les coursiers des croisés.

« L’appel à l’évangélisation lancé par le pape s’ajoute à deux autres prises de position : la première ayant trait à l’essence de l’islam, considéré par le pape comme une religion en contradiction avec la raison et la liberté, et la seconde en rapport avec ce que Benoît XVI a appelé le retour du peuple juif sur sa terre, après 3 000 ans, sachant bien que cette entité pratique les plus sauvages des agressions contre les plus élémentaires des droits de l’homme sur sa terre.

« L’appel à l’évangélisation fait partie de la liberté d’expression [mais] pourquoi fait-on, dans ce cas, un si grand tapage quand il s’agit de la “daawa” musulmane ? »

Article extrait de PRESENT n°6602 du mercredi 4 juin 2008, p.3

Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 21:26
Consulter son site, fraîchement remis en forme : www.hommenouveau.fr

Demander à recevoir trois numéros gratuits en cliquant ici.

Télécharger gratuitement le dernier numéro à paraître le 3 juin, toujours en cliquant, mais ici cette fois.

N'hésitez pas !
Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 21:23

Encore une fois, l'abomination touche notre région !
Encore une fois les catholiques sont victimes d'un cruel acharnement !
Après la cathédrale, après nos églises et chapelles, on s'en prend à nos morts !

J'ai personnellement enterré quelques fidèles dans le paisible cimetière d'Elne.

Que leurs tombes aient été profanées ou non, ce lieu est dorénavant entièrement profané.

Aujourd'hui, nous fêtons le Cœur Sacré du Christ. Et un cri terrible de douleur jaillit du pauvre cœur d'un prêtre.
Que faire ?
Crier notre douleur et se tourner vers Dieu pour réparer ce que Lui seul peut réparer.

Voilà pourquoi le Prieuré du Christ-Roi appelle tous les catholiques à se recueillir pour une cérémonie de réparation au cimetière d'Elne le jeudi 5 juin à 18h.30.
Voilà pourquoi nous célèbrerons une messe de réparation, aux intentions des défunts dont la sépulture a été profanée et aux intentions de tous les défunts du cimetière d'Elne le 6 juin à 18h.30 en la chapelle du Christ-Roi (113, avenue Joffre - 66000 Perpignan).

Abbé Marc VERNOY
Prieur

Partager cet article
Repost0
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 00:01
L'intention de prière générale de Benoît XVI pour le mois de juin est: "Pour que chaque chrétien cultive une amitié profonde et personnelle avec le Christ, de façon à pouvoir communiquer la force de son amour à toute personne qu'il rencontre".

 

 Son intention missionnaire est: "Pour que le Congrès eucharistique international de Québec, au Canada, aide à comprendre toujours davantage que l'Eucharistie est le cœur de l'Eglise et la source de l'évangélisation".

Partager cet article
Repost0
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 22:59
C'est ce que suggère un prêtre, liseur du Forum Catholique.
Il est ainsi proposé de référencer tout au long de ce mois de juin l'ensemble des ordinations qui seront célébrées dans les diocèses de France et de Navarre (et même au-delà...). Et bien sûr de prier pour ces futurs prêtres. En demandant au Bon Dieu de susciter de nouvelles et saintes vocations.

La liste s'allonge, même si on l'aimerait plus fournie.

C'est à lire en cliquant ici. Et à enrichir.
Partager cet article
Repost0
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 15:20

Avec le thème de la dissidence, le communautarisme (catholique) est depuis plusieurs années l’objet d’une véritable disputatio, à cause de l’usage délicat, car analogique, de ce concept à manier avec discernement. Au-delà de la polémique, des préjugés et des malentendus, nous avons demandé à Rémi Fontaine, qui en a assumé l’expression avec précaution dans ces mêmes colonnes et s’en est expliqué à plusieurs reprises (notamment sur le Forum catholique), d’en « décrypter » politiquement le sens.


Le communautarisme a plutôt mauvaise presse aujourd’hui, faisant l’effet d’un « chiffon rouge ». Comment en êtes-vous venu à défendre l’idée d’un sain et légitime communautarisme ?

— Très concrètement par l’exemple du scoutisme (traditionnel : celui notamment de l’âge d’or des Scouts de France puis des Scouts d’Europe). Lorsque j’ai écrit L’âme du scoutisme (Editions de Paris, 2003), j’ai été amené à expliciter qu’il correspondait à ce qu’on appelle aujourd’hui un « communautarisme » : un monde à part avec son identité, son code de vie, ses rites, ses préférences… et même son « repli » dans la nature. Mais loin d’être exclusif et fermé sur lui-même, son « communautarisme » était ouvert sur les autres, sur la cité, sur l’universel, sur la civilisation de l’amour. Pépinière de vocations multiples, quel mouvement aura été plus missionnaire au cours de notre XXe siècle ? Par analogie, j’en ai induit qu’il pouvait et devait en être ainsi de toute communauté (naturelle ou d’élection) authentiquement chrétienne.

Plus théoriquement, lorsque j’ai écrit La laïcité dans tous ses débats (Editions de Paris, 2004), je me suis posé la question du malsain et illégitime communautarisme comme corollaire obligé de la malsaine et illégitime laïcité. Dans un chapitre intitulé « Laïcisme ou communautarisme ? Pour sortir de l’aporie », j’ai expliqué le mouvement de balancier qu’opère aujourd’hui le laïcisme entre jacobinisme (égalitarisme entre individus face à l’Etat) et laïcité ouverte (égalitarisme entre communautés). C’est la disparition révolutionnaire des corps intermédiaires qui engendre le repli identitaire comme réponse à la perte d’identité créée par le métissage individualiste du libéralisme. Mais un repli anarchique qui mêle les bons et les mauvais communautarismes et les met absurdement sur un pied d’égalité au nom de la liberté. Pour sortir de ce mauvais dilemme et surtout de la dissociété dans laquelle il nous place, je n’ai pas trouvé d’autre voie alternative (et d’autre mot malgré sa connotation péjorative et quelque peu minée !) que le « sain et légitime communautarisme », à l’instar de Pie XII avec la « saine et légitime laïcité ». J’ajoute parfois national et catholique…

— Comment définiriez-vous ce concept ?

— Je prends bien soin en effet de le déminer en y mettant le plus souvent des guillemets. Le communautarisme est un concept analogique, comme on dit en philosophie, fondé sur une réalité : la communauté. C’est-à-dire qu’il se dit et se vit de plusieurs façons plus ou moins bonnes ou mauvaises, selon qu’il est plus ou moins ordonné ou non au bien commun général.

D’après le Petit Robert c’est un système (disons une pensée ou doctrine) qui développe (défend) la formation de communautés par opposition au métissage individualiste. Par extension, ce peut être la proposition d’une société selon un modèle organique (subsidiarité) plutôt que mécaniste (étatisme laïciste). Mais l’homme étant naturellement un animal social et politique, personne en fait (à part l’ermite ou la brute) n’échappe au communautarisme. Pas même le laïcisme jacobin de stricte observance qui, après la destruction (partielle) des corps intermédiaires, recrée artificiellement ses propres communautés (départements, partis, lobbies de toutes sortes : gay, féministe, immigrationniste…) selon le principe maçonnique : « dissoudre et coaguler ».

Il faut donc bien distinguer :

les communautés légitimes (dites d’ouverture), naturelles ou d’élection, de droit inné ou acquis, qui répondent diversement au bien commun national. Par exemple : les familles, les paroisses, les communes, les provinces, les communautés de travail ou corps de métier, les catholiques ou les protestants de France, le peuple breton ou corse, les Portugais ou les Arméniens habitant en France, la communauté des harkis, les corps de métiers, un club de joueurs de pétanque, etc. ;

les communautés illégitimes (dites aussi d’enfermement), toujours artificielles ou contre nature, parce que fondées sur un désordre politique, moral ou religieux qui nuit au bien commun. Par exemple : les mafias de toutes sortes, un certain lobby gay par son prosélytisme exclusif, un certain lobby islamiste prônant le terrorisme, la secte du Temple solaire, etc.

Comme dans la théorie des ensembles, tout cela se vit dans une commutativité nationale (voire internationale) de bon ou de mauvais aloi, avec inclusions, exclusions, intersections, etc.

Il faut distinguer à la fois pour unir (les communautés légitimes) et pour opposer (les légitimes aux moins légitimes, voire aux malsaines).

Extrait de l'Article paru dans le n° 6600 de Présent, du Samedi 31 mai 2008

Partager cet article
Repost0
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 08:30
Partager cet article
Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:00

Alors qu’elles étaient au nombre de 400 il y a un siècle, on compte aujourd’hui moins de 200 statues de la Vierge Marie et de saints accrochées à nos façades lyonnaises. C’est pour protéger, valoriser et partager ce patrimoine que le diocèse de Lyon édite un nouveau guide dans le cadre de son programme intitulé : « Notre-Dame du coin de la rue ».
Réalisé par la pastorale du tourisme, ce guide sera indispensable à ceux qui aiment se promener, les pieds sur terre et la tête en l’air. Avec lui, grâce à 7 itinéraires, parcourez les quartiers de Lyon à la recherche des Madones, en découvrant pour chacune d’elle un éclairage religieux, historique et architectural.
« Puissent les propriétaires de ces maisons, avec l’encouragement de la ville et de tous les Lyonnais, avoir à cœur d’entretenir, voire de restaurer et de mettre en valeur ces trésors d’art et de piété, sans lesquels Lyon perdrait un peu de son cachet et de son âme ! » souligne le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, dans la préface du guide.

 Rédigé collectivement par Catherine de Rivaz, guide-conférencière, Laurence Benoit et Amélie Partakélidis, historiennes de l’art et Etienne Piquet-Gauthier, délégué épiscopal à la Pastorale du tourisme et des loisirs, ce livre est agrémenté des photographies de Danièlle Bouteaud, Jean-Baptiste Post-Mayer, Jean-Marc Sarrauste et Sébastien Lardon. 

Pour découvrir ces témoins fragiles de l’histoire et de la foi des Lyonnais, les auteurs vous convient à suivre l’une des balades commentées : mercredi 11 juin de Fourvière à la Croix-Rousse ou mercredi 18 juin de Bellecour au Confluent.


Contact  :
Etienne Piquet-Gauthier
Délégué épiscopal à la pastorale du tourisme et des loisirs

Guide des Madones de Lyon
Editions AUTRE VUE, mai 2008
144 pages illustrées en couleur, 16€
Disponible en librairie à partir du 31 mai


Source : site du diocèse de Lyon

Partager cet article
Repost0