Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 07:46

La chaine France 2 est sur le point de diffuser un numéro de son émission "Les infiltrés" animée par David Pujadas, où l'on devrait voir notamment un "reportage" filmé en caméra cachée au cours St Projet à Bordeaux, école privée hors contrat.

L'AEP Saint Projet publie un communiqué au sujet de cette affaire :

L’AEP Saint Projet victime d'ignobles calomnies

Le Cours Saint Projet, établissement d'enseignement privé hors contrat fondé par des familles de Bordeaux en 2005, a fait l'objet de calomnies gravissimes de la part de journalistes de la Télévision publique ayant recouru à des manipulations de mineurs et des mensonges d'une extrême gravité.

L’Association d'Education Populaire Saint Projet, gestionnaire du Cours Saint Projet, tient à faire savoir :

1 - que le Cours Saint Projet est une école fondée par des parents, pour donner une solide instruction à leurs enfants, que ce cours est totalement indépendant de toute formation politique, qu' il bénéficie d'une aumônerie catholique et s’appuie sur des valeurs chrétiennes.

2 - qu'elle condamne avec la plus grande fermeté toute forme de racisme, d'antisémitisme ou d'incitation à la haine, lesquels n'ont aucune place au Cours Saint Projet, école fondée sur des valeurs chrétiennes de paix et d'amour. 

3 - qu'elle dénonce comme de dangereuses calomnies montées de toutes pièces les allégations proférées dans le cadre de l'émission les INFILTRES de David Pujadas; 

4 - qu'elle est scandalisée par les procédés indignes utilisés par cette équipe de journalistes :

- abus de confiance,

- mensonges,

- manipulation de mineurs

- incitation de mineurs à la haine raciale de la part du journaliste infiltré,

- atteinte à la vie privée,

- amalgames,

- désinformation.

5 - Cette émission devant être diffusée dans les jours à venir, l’AEP Saint Projet demande à la justice, à France 2 et au CSA de sanctionner les auteurs de ces ignobles calomnies.

 On peut utilement lire par ailleurs, sur le site de Riposte catholique, un entretien d'un parent d'élève accordé à Daniel Hamiche, entretien qui permet de faire un point sur ce dossier, et de rétablir les faits.

A lire en cliquant ici.

 

Repost 0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 23:20

Derrière ces quatre lettres, un trouble de la vision : 

http://www.association-dmla.com/imageok/b2.gif

 

La Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age ou “DMLA” est une atteinte de la macula. La macula est la zone centrale de la rétine permettant la vision fine (ou centrale), c'est-à-dire par exemple la lecture, la reconnaissance des détails, des visages, la conduite automobile,... Cette localisation centrale explique que la DMLA peut entraîner une tache floue au centre du champ visuel, mais qu'elle laisse habituellement intacte la vision périphérique ou latérale.

Cette maladie est aujourd'hui la première cause de handicap visuel chez les personnes âgées de plus de 50 ans dans les pays développés, atteignant plus d’un million d’individus en France et des centaines de millions à travers le monde. Le risque de survenue de la maladie augmente avec l'âge pour dépasser 25% de la population après l'âge de 75 ans.

La DMLA est une affection multifactorielle avec une composante génétique. En effet, le risque de DMLA est environ 4 fois plus important s'il existe déjà des individus atteints dans la famille. Des travaux de biologie moléculaire récents viennent d’identifier des facteurs génétiques impliqués dans la maladie. D'autre part, la consommation de tabac augmente le risque d'un facteur 3 à 6. La surcharge pondérale est aussi un facteur potentiel d'aggravation.

Un fond d'œil réalisé par un médecin ophtalmologiste est le meilleur moyen d’identifier et de surveiller le plus tôt possible les lésions annonciatrices de la DMLA ou éventuellement la maladie elle-même. Si besoin, des examens complémentaires, en particulier angiographies (photographies du fond d'œil après injection veineuse d'un produit de contraste) et OCT (image en coupe de la rétine) aideront à préciser le diagnostic et la décision thérapeutique.

Il existe de très nombreuses formes de la maladie.

Les Précurseurs (stade initial, ou Maculopathie Liée à l’Age).

Ils peuvent être observés à l'examen du fond d'œil avant l'apparition des signes de la maladie proprement dite, souvent même avant les premiers symptômes. Les précurseurs les plus caractéristiques sont les “drusen” (accumulation de dépôts sur la rétine) et les anomalies de l'épithélium pigmentaire rétinien. Cette situation n'évolue pas obligatoirement vers une forme plus sévère.

La forme “Atrophique” ou “Sèche”.

Dans ce cas, une perturbation du métabolisme cellulaire entraîne progressivement une dégénérescence atrophique des cellules rétiniennes. Les premiers signes peuvent être une gêne à la lecture ou à l'écriture, ou une baisse progressive de l'acuité visuelle. Cette forme évolue en général lentement, permettant aux patients atteints de conserver longtemps une vision relativement satisfaisante, malgré une gêne pour les activités nécessitant la reconnaissance des détails.

La forme “Exsudative” ou “Néovasculaire” dite “Humide”.

Cette forme se caractérise par le développement de vaisseaux dits “néovaisseaux” dans la région maculaire. Ces vaisseaux anormaux sont fragiles et laissent diffuser du sérum, entraînant un décollement séreux, ou du sang, entraînant une hémorragie. L'évolution dépendra du type et de la localisation de ces vaisseaux anormaux, de la survenue éventuelle de soulèvements rétiniens, d'hémorragies, et de la réponse aux traitements.

Les premiers signes d'alerte - déformations des lignes droites, diminution brutale d'acuité visuelle ou des contrastes, tache sombre centrale - doivent entraîner une consultation rapide par un médecin ophtalmologiste. (N'hésitez pas à en consulter plusieurs en cas de doute ou si vous sentez que votre ophtalmologiste ne sait pas trop où il va.) Il est en effet très important de détecter les premiers signes d'une dégénérescence maculaire exsudative, car les traitements sont d'autant plus efficaces que le diagnostic est posé tôt. 

En gros, lorsque vous êtes atteint de DMLA, vous voyez petit à petit comme cela :

http://french.luteininfo.com/uploads/nw/-F/nw-F5UxM5leRouPCgrOicA/AMD_progress.jpg

Je ne vous le cache pas, par moments, on a un peu la trouille que le deuxième oeil soit touché...

XA

source : www.association-dmla.com

Repost 0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 23:06

L'interviouveuse de Monseigneur Rouet, le regrettable évêque de Poitiers, Stéphanie Le Bras, publie un nouvel article dans Le Monde de ce jour consacré au pape Benoit XVI, qu'elle apprécie au plus haut point. Le titre - Les cinq ans du pontificat de Benoît XVI : cinq ans de polémiques et de maladresses - est à lui seul évocateur. On y lit une série de poncifes mondains qui ne méritent guère que l'on y réponde. On apprécie au passage les citations d'historiens de fortune, venus de nulle part, et dont on ignore quelle autorité ils ont pour parler de l'Eglise et de juger son Souverain Pontife.

Le plus grotesque, c'est la conclusion des lignes de Madame Le Bars, faite de conjectures, car la journaliste prophétise manifestement une disparition imminente de "ce "vieux" pape au charisme incertain" :

La tourmente pédophile laissera des traces difficiles à évaluer. Il reviendra au successeur de Benoît XVI de tirer les conséquences de ce traumatisme et d'ouvrir la réflexion sur des sujets (fin du célibat imposé aux prêtres, redéfinition de la place des laïcs et des femmes dans l'Eglise, collégialité et transparence, nouveau concile...) que le pape n'a sans doute ni l'envie ni le temps d'aborder.

On en préfèrerait presque le réalisme d'un Henri Tincq qui connait manifestement mieux son dossier et l'Eglise, que cette triste Madame Le Bars.

XA


Repost 0
Published by XA - dans Benoit XVI
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 09:49

 

http://fr.reuters.com/resources/r/?m=02&d=20100416&t=2&i=92967300&w=450&r=2010-04-16T184534Z_01_APAE63F1G4200_RTROPTP_0_OFROE-BRESIL-RIO-CHRIST-20100416RIO DE JANEIRO (Reuters) - Des vandales ont peint à la bombe des graffiti sur la statue du Christ Rédempteur qui domine Rio de Janeiro du haut du mont Corcovado, ce qui a amené le maire de la ville à dénoncer un "crime contre la nation". 

 

La tête, les bras et la poitrine de cette statue d'environ 40 mètres de haut, qui domine les montagnes, les plages et la baie de Rio, ont été couverts d'inscriptions à l'aide d'échafaudages mis en place pour des travaux d'entretien.

 

"Ces criminels paieront pour ce qu'ils ont fait. Ils iront en prison", a affirmé le maire de Rio, Eduardo Paes, cité vendredi par le journal O Globo. "Rio de Janeiro et le Brésil ne méritent pas ça."

 

L'accès de la statue avait été fermé à la suite de pluies torrentielles qui ont provoqué des coulées de boue à travers la ville.

 

Parmi les inscriptions portées sur la statue, on peut lire "Quand le chat n'est pas là, les souris dansent", et d'apparentes allusions à des habitants de Rio ayant péri ou disparu dans des affaires criminelles récentes, selon O Globo.

 

La statue de pierre à savon (stéatite), achevée en 1931, se dresse au sommet du Corcovado (700 mètres). Elle est visible de nombreux points de la ville. Rio a fait un usage abondant de son image, ainsi que de celle du Pain de sucre, pour sa candidature fructueuse à l'organisation des Jeux olympiques de 2016.

 

Stuart Grudgings, Philippe Bas-Rabérin pour le service français

 

Repost 0
Published by XA - dans Société
commenter cet article
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 09:30

Documents, gravures et photos de la liturgie catholique en France. Un choix de textes par des liturgistes classiques et récents, avec des documents du magistère et de l'épiscopat français (et ses commissions liturgiques) concernant le service divin, pour aider à comprendre la liturgie dans les temps modernes. http://www.ceremoniaire.net/

Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 21:26

Par moments, les blogs cathos m'agacent par leur naïveté.

On apprend que la matinale de RTL a vu son audience s'accroitre ces derniers temps. e-deo, par exemple, indique :

Merci Zemmour !

Médiamétrie a rendu publiques les audiences des radios entre janvier et mars 2010. Et une des grandes gagnantes est RTL (+148 000 auditeurs). La station de la rue Bayard voit sa matinale dépasser les 4,13 millions d'auditeurs(+78 000 auditeurs) ce qui en fait le programme le plus écouté de France de 7h à 9h30.

 

Le Salon Beige n'est pas en reste, qui précisait lui aussi vingt-quatre heures plus tôt, dans les mêmes termes :


Eric Zemmour : le verdict est fatal pour ses adversaires

Ce matin, Médiamétrie a rendu publiques les audiences-radios sur la période janvier - mars 2010. RTL se félicite d'un gain de plus de 148 000 auditeurs. La radio de la rue Bayard salue les scores réalisés par sa matinale "avec plus de 4,13 millions d'auditeurs, en progrès de +78 000 auditeurs, soit le programme le plus écouté de France de 7h à 9h30."

Je me permets de rappeler :

- que la chronique d'Eric Zemmour dure à peine 5 minutes sur une tranche de 2h30,

- que la dite tranche comporte l'intervention de l'immonde Laurent Gerra.

En conséquence de quoi l'on pourrait considérer qu'Eric Zemmour attire les "foules" vers ce funeste personnage, tel un poisson-pilote.

Il n'y a que les cathos pour avoir un triomphalisme à si courte vue. Et ça, c'est agaçant.

Repost 0
Published by XA - dans Radio
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 21:21

Quand on lit un article pareil, on peut vraiment se demander ce qui distingue un journaliste de La Croix d'un pigiste de l'AFP

Bref : à quoi sert cette presse soi-disant catholique ? 

En cas de lienciement, M. Mounier pourra toujours se consoler en publiant sur wikipedia... 

XA

Repost 0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 20:06

consacré au pape Benoit XVI. Voilà ce que vous réserve, chers liseurs, l'équipe éditoriale du journal à paraître le samedi 24 avril prochain. Il m'a été donné de le survoler rapidement à l'écran. Cela s'annonce marquant et profond, pour fêter le cinquième anniversaire du pontificat du Souverain Pontife. On y retrouve des contributions de MM. les abbés Barthe, Iborra et de Tanoüarn et d'Yves Chiron , notamment. Philippe Maxence lance un vibrant "Nous sommes derrière vous !" à l'intention du Saint-Père. Le journal met en place un appel à l'adresse du pape, invitant ses lecteurs à prier et jeûner en cette période où l'Eglise et le Vicaire du Christ sont pluri-quotidiennement attaqués.

L'Homme Nouveau a un site internet où il est probable que l'on retrouvera tous les moyens de s'unir à cette intention. Nombre d'entre vous en connaissent sûrement l'adresse, mais au cas où : http://www.hommenouveau.fr/

Additif : le site de l'HN propose en effet à présent la consultation de cet appel. Voyez ici.

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 19:41

 

http://www.crc-resurrection.org/Renaissance_catholique/Dogme_et_histoire/images/Saint-Pie-X.jpg« Dès le début de Notre Pontificat, écrivait saint Pie X le 18 octobre 1912, Nous Nous sommes principalement préoccupé de l’instruction religieuse du peuple chrétien et en particulier des enfants ; car Nous étions persuadé qu’une grande partie des maux qui affligent l’Eglise viennent de l’ignorance de sa doctrine et de ses lois. Les ennemis de l’Eglise les condamnent en blasphémant ce qu’ils ignorent, et beaucoup de ses fils, les connaissant mal, vivent comme s’ils n’étaient pas enfants de l’Eglise. »

Tout est dit ou presque : la foi de l’Eglise s’exprime à travers une « doctrine » et des « lois ». L’ignorance de cette doctrine et de ces lois est la cause d’ « une grande partie des maux qui affligent l’Eglise ». Plus loin, dans la même lettre au cardinal vicaire de Rome, saint Pie X avertissait que si les « vérités » contenues dans le catéchisme sont « combattues », « mal comprises » ou « oubliées » – il parlait des enfants mais aussi des adultes – cela crée « un immense dommage pour les âmes et la société ».

Saint Pie X a donné deux versions du catéchisme. La première en 1905, intitulée Abrégé de la doctrine chrétienne, appelée plus communément Catéchisme romain. Dans son édition complète, il comprenait cinq parties : les Premières notions de catéchisme, le Petit catéchisme, le Grand catéchisme, une Instruction sur les principales fêtes et une Histoire de la Religion. Ce premier Catéchisme romain sera traduit et publié dans plusieurs pays.

A l’époque de la grande querelle des catéchismes, en 1967, Jean Madiran a réédité, dans un numéro spécial d’Itinéraires, ce Catéchisme de saint Pie X, pour venir en aide aux familles qui ne trouvaient plus dans leurs paroisses un enseignement complet et cohérent de la foi. Les éditions Dominique Martin Morin le réimprimeront à plusieurs reprises jusqu’aux années récentes. Aujourd’hui, la « crise » du catéchisme n’est pas terminée : dans aucun diocèse de France, les parents ne sont assurés de trouver dans leur paroisse ordinaire un enseignement complet de la foi. Telle ou telle paroisse, par la grâce de tel ou tel prêtre, pourra offrir un catéchisme satisfaisant, mais elles restent l’exception. Ailleurs, ce sera l’indigence ou le salmigondis : tel Parcours, le Livre du jeune, tel Eveil à la foi ou le calamiteux Pierres vivantes qui aura déformé deux générations de chrétiens.

Une nouvelle traduction

En 1912, saint Pie X a publié une nouvelle version du catéchisme, intitulé Catéchisme de la Doctrine chrétienne. Le Pape avait consenti, écrivait-il, « à la réduction  de l’ancien catéchisme en un catéchisme nouveau, beaucoup plus restreint », « plus bref et plus adapté aux exigences actuelles ». Après un exposé des Premières notions de la Foi chrétienne (en 27 questions et réponses), le Catéchisme proprement dit contient un exposé organique de la foi en trois parties : ce qu’il faut croire (les vérités de la foi), ce qu’il faut faire (les commandements de Dieu et de l’Eglise et les vertus), les moyens de la grâce (les sacrements).

Ce Catechismo della dottrina cristiana, en 433 questions et réponses, a connu trois traductions françaises en 1913 : par les éditions assomptionnistes de la Bonne Presse, par le diocèse d’Aoste et par le diocèse d’Annecy. C’est la première qu’avaient rééditée, en 2003, les Publications du Courrier de Rome.

Aujourd’hui, deux prêtres de la Fraternité Saint-Pie X en proposent une édition et une traduction nouvelles. Une belle édition reliée, illustrée de la reproduction d’œuvres d’art en couleurs.

La traduction, révisée sur l’édition originale italienne, sans trahir le texte d’origine, se veut plus accessible et plus fluide stylistiquement. Par exemple, la réponse à la 417e question (Qu’est-ce que la prière vocale ?) : La prière vocale est celle que l’on fait en paroles, suivies par l’esprit et le cœur devient : La prière vocale est celle qui se fait par des paroles, avec application de l’esprit et du cœur.

Les deux prêtres se sont consacrés aussi à procurer une édition nouvelle des Premiers éléments de la Doctrine chrétienne, un abrégé, pour les enfants, du Catéchisme en 180 questions et réponses.

 Les deux ouvrages, vendus à un prix très abordable, devront figurer dans toutes les bibliothèques familiales, pour les petits et pour les grands. Comme l’a dit saint Pie X, le catéchisme contient les vérités nécessaires au salut mais aussi les vérités nécessaires au bien-être des sociétés.

• Catéchisme de la Doctrine chrétienne, 244 pages, relié, 12 euros.

• Premiers éléments de la Doctrine chrétienne, 108 pages, relié, 8 euros.

Ouvrages disponibles au Courrier de Rome, B.P. 10156, 78001 Versailles Cedex.

YVES CHIRON

Article extrait du n° 7075 de Présent, du Samedi 17 avril 2010 

 

Repost 0
Published by XA - dans Religion
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 08:48

Le mariage des prêtres n'est pas pour demain

Les affaires de pédophilie ont relancé le débat, mais l'Eglise latine n'est pas prête à revenir sur le célibat des prêtres. Cette règle n'a pourtant pas toujours existé et n'est même pas universelle.

Vendredi 16 Avril 2010 - Slate.fr

La plaisanterie a fait depuis longtemps le tour des sacristies: au prochain concile Vatican III - dans un avenir très incertain - , «les évêques viendront avec leur femme». A Vatican IV, «les évêques viendront avec leur mari». Traduction: l'Eglise catholique acceptera bien un jour, dans un premier temps, que les prêtres et les évêques soient mariés; dans un deuxième que des femmes soient ordonnées prêtres, puis évêques. Soit deux réformes que les milieux catholiques progressistes, soutenus par de larges courants d'opinion, invoquent en vain depuis des décennies, mais qui apparaissent aujourd'hui inimaginables, sauf à rêver à une révolution au sommet de l'Eglise que rien ne laisse présager.

Même si des voix, comme celle du théologien contestataire Hans Küng, relient la perversion pédophile de certains prêtres à l'obligation du célibat, plus généralement à leur mal-être sexuel, ce n'est pas l'actuelle tempête que traverse l'Eglise qui incitera celle-ci à changer sa règle. Pour au moins trois raisons: primo, elle n'a pas l'habitude d'agir sous pression; secundo, les statistiques prouvent que la très grande majorité des actes pédophiles sont commis au sein de la structure familiale par des gens mariés; tertio, aucun argument, fût-il plus persuasif - comme la chute vertigineuse des vocations sacerdotales et religieuses - ne semble de nature à convaincre l'Eglise de sacrifier l'une de ses plus anciennes traditions, celle de l'abstinence sexuelle de ses clercs.

Cette tradition consiste à dire que le célibat rend le prêtre - qui en prend l'engagement devant son évêque le jour de son ordination - totalement disponible à Dieu et à son ministère. Outre le prêtre, elle vaut aussi pour le religieux «apostolique» (un jésuite, un franciscain, etc...) ou «contemplatif» (un moine) qui, devant son supérieur, le jour de sa «profession définitive», prononce ses trois vœux de «chasteté», d'«obéissance» et de «pauvreté». Cette règle, qui n'existe pas dans les autres Eglises anglicane, protestantes, orthodoxe (sauf pour les évêques orthodoxes qui doivent toujours être recrutés parmi les moines qui ont fait vœu de chasteté), provoque beaucoup de souffrances et décourage sans doute beaucoup de vocations. Elle est régulièrement violée. Depuis les années 1970, sur 400.000 prêtres dans le monde, on estime à quelques dizaines de milliers le nombre de ceux qui ont quitté le sacerdoce et se sont mariés. De même, en Amérique latine, en Afrique, mais aussi en Occident, les liaisons clandestines, hétérosexuelles ou homosexuelles, sont pratique courante dans le clergé.

Pourtant, l'Eglise continue de faire du célibat des prêtres une sorte de dogme, c'est-à-dire une vérité de foi à prendre ou à laisser, alors qu'il n'est qu'une décision d'ordre disciplinaire, propre au catholicisme de rite latin, et non d'ordre doctrinal. Une discipline qui a varié dans le temps et dans l'espace. C'est à partir du Vème siècle, sous la pression du corps monastique tenu à l'abstinence sexuelle, que le statut du prêtre - qui pouvait jusqu'alors être marié - a commencé à être encadré. Mais des hommes mariés ont continué à être ordonnés prêtres et évêques jusqu'au XIIème siècle. C'est le premier concile du Latran (1123-1139) qui a déclaré invalides les mariages contractés par les prêtres après leur ordination et décrété que les candidats mariés ne pouvaient plus recevoir les ordres sacrés.

En outre, cette obligation du célibat n'est limitée qu'à l'Eglise latine d'Occident. Dans toutes les Eglises d'Orient, y compris celles qui sont sous la juridiction du pape de Rome - comme les maronites du Liban ou les coptes catholiques d'Egypte -, des hommes mariés peuvent être ordonnés prêtres. Mais ils ne peuvent plus se marier une fois ordonnés et, comme dans l'orthodoxie, leurs évêques sont toujours choisis parmi les moines célibataires. Mais dans l'Eglise latine elle-même, la règle du célibat souffre d'exceptions. On y rencontre des prêtres mariés: des pasteurs luthériens ou des prêtres anglicans mariés convertis au catholicisme; des transfuges d'Eglises orientales venus en Occident avec leurs épouses; des prêtres résistants au communisme (surtout dans l'ex-Tchécoslovaquie) mariés pour cause de clandestinité forcée, dont la situation a été régularisée depuis.

Comme pour mettre fin à un débat régulièrement rouvert, cette obligation de l'abstinence sexuelle, dans la tradition latine du catholicisme, a été rappelée avec constance par tous les papes jusqu'aux derniers: au concile Vatican II (1962-1965); dans une encyclique de Paul VI en 1967 qui fait l'éloge du célibat sacerdotal; dans une lettre apostolique de Jean Paul II de 1992 écrivant qu'«aucun doute ne doit être laissé sur la ferme volonté de l'Eglise de maintenir la loi qui exige le célibat librement choisi et perpétuel pour les candidats à l'ordination sacerdotale». Benoît XVI n'a jamais dit autre chose. Il écrivait en 2007: «Le fait que le Christ lui-même ait vécu sa mission dans l'état de virginité constitue le point de référence sûr pour recueillir le sens de la tradition de l'Église latine sur cette question. Il n'est donc pas suffisant de comprendre le célibat sacerdotal en termes purement fonctionnels. En réalité, il est une conformation particulière au style de vie du Christ lui-même».

Autrement dit, le célibat est considéré comme le moyen, pour le prêtre, de réaliser son «don total» au Christ et à l'Eglise. Il est fondé sur l'appel de Jésus-Christ demandant à ses disciples de «tout quitter pour le suivre» (Evangile de Luc, V, 11), de se libérer de toute contrainte sexuelle, familiale, sociale pour se consacrer à un idéal supérieur. Mais c'est une loi imprudente et sévère: les prêtres mariés des premiers siècles de l'Eglise étaient-ils moins valides, moins consacrés au service de Dieu que les prêtres célibataires d'aujourd'hui? Et les prêtres mariés des Eglises orientales sont-ils moins valides que les prêtres célibataires de l'Eglise latine? Ce qui fut possible et moral à une époque du catholicisme doit-il être considéré comme impossible et immoral aujourd'hui?

Autant de questions que ressassent les partisans d'un changement de la règle, pour qui le choix devrait être laissé aux candidats à la prêtrise, avant leur ordination, entre le célibat et le mariage. Le concile Vatican II a restauré le diaconat permanent (dernier stade avant la prêtrise) pour des hommes mariés. N'est-il pas temps d'en faire autant pour les prêtres? Il ne s'agirait pas de marier les prêtres célibataires actuels, mais de permettre l'accès au sacerdoce à des hommes qui, mariés ou non, ont fait la preuve - d'où l'expression latine, souvent employée dans ce débat, de viri probati - d'une conviction chrétienne authentique et manifesté leur aptitude à recevoir un jour l'ordination, si le pape et les évêques le décident. Cette idée fait depuis longtemps son chemin parmi des évêques et les théologiens. Il ne serait pas besoin d'un concile pour en trancher, puisque, on l'a dit, le célibat n'est pas un acte de foi, mais une simple discipline. Mais elle est fermement verrouillée par Rome, et encore pour très longtemps.

Henri Tincq

Repost 0
Published by XA - dans Religion
commenter cet article