Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 11:46

Le thème de l'année 2013/2014 des foyers Domvs christiani est centré sur le mariage. 

Si vous êtes concerné par l'élaboration d'un topo, je me permets de vous conseiller la lecture d'un petit ouvrage de Denis Sureau, paru en 2013 aux éditions de l'Homme nouveau, Deux mariages et un enterrement. Derrière la légèreté du titre se trouve un petit livre qui synthétise très bien les différentes formes de mariages : mariage naturel, mariage chrétien et mariage civil. Cela se lit très facilement et très rapidement. 

On peut commander directement sur le site de l'Homme Nouveau, y compris en version numérique. 

XA

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 11:09

vous n'avez encore rien lu ou relu sur le saint Curé d'Ars. C'est ennuyeux. Surtout que l'an passé, pour saint Paul... 

Il est encore temps ! 

http://www.artegespiritualite.fr/images/vignettes/pro_20100413184619_9782916053813_250_.jpgGuillaume d'Alançon, qui fut l'un des invités du Forum Catholique, a publié dernièrement aux éditions Artège, " L
a messe du saint curé d'Ars", un (petit : 84 pages) livre sur le saint Curé. Manifestement, l'auteur voue une grande dévotion à St Jean-Marie Vianney. Ses lignes le transpirent. On a souvent associé le curé d'Ars à la confession et à l'esprit de pénitence, oubliant parfois (souvent ?) qu'il était aussi très attaché à la liturgie. 

Le livre de Guillaumé d'Alançon nous le rappelle avec force et inspiration. Je ne peux que vous en conseiller la lecture. 

Il se commande en ligne 
sur le site des éditions Artège, ici

La messe du saint curé d'Ars de Guillaume d'Alançon 
Prix : 10,50 €

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 14:26

http://www.krinein.com/img_oc/big/18796.jpgC'est le titre du 77ème et dernier album de Ric Hochet.

Il ne restera dans les annales que comme le dernier album de Tibet. Si le scénario est plutôt faible et le trait décidément de plus en plus grossier (les ravages de l'informatique au desservice d'un art ?), il n'en reste pas moins émouvant de lire le dernier opus d'une longue série. 77 albums. Un joli clin d'oeil à Hergé. On ne peut s'empêcher de penser qu'il est dommage qu'en ce vingt-et-unième siècle il faille attendre la mort d'un dessinateur pour savoir mettre un terme à la carrière d'un héros de BD.

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 08:48

Deux articles tirés de Sud Ouest du 7 mai 2010 

Le « Corps du crime » fait un tabac
 

Même Amélie Nothomb n'avait pas réussi pareil coup : en une heure, dans une Base sous-marine pleine comme un œuf, le père Francis Ayliès, son éditeur Laurent Laffont (Lattès), sa libraire Hélène des Ligneris (La Machine à lire) et son ami Albéric de Bideran ont écoulé 800 exemplaires du « Corps du crime », le polar spirituel par lequel le charismatique curé du Grand Parc a fait irruption sur la scène littéraire. Mais l'homme n'est pas du genre à se monter le bourrichon, même s'il avoue « vivre un rêve ». Ils étaient un millier de fidèles, d'amis, de connaissances, à s'être déplacés mercredi soir pour partager, dans cette cathédrale de béton humide, la joie d'un auteur qui est aussi un témoin de la Parole. Aussi à l'aise sur scène que dans ses homélies dominicales à l'église de la Trinité, Francis Ayliès a confessé que la genèse de son roman remontait au début de l'affaire des tradis de Saint-Éloi. « Mais ma vie, ce n'est pas de gueuler toute la journée contre les intégristes. » 

Il y avait mieux à faire. Par exemple donner à ses lecteurs quelques clés d'un roman qui se déroule à Gênes, mais dont les personnages sont inspirés par des rencontres, à Bordeaux notamment. Drôle souvent, grave parfois, affectueux et sincère, le père Ayliès a confessé avoir pour modèle le Stefano du roman, « ce prêtre aux mains sales » que les situations humaines les plus dures ne rebutent pas, et qui veut être présent, « même s'il n'a pas les solutions ». 

Un polar pour réfléchir au sens, écouter l'autre, et peut-être entendre à nouveau la Parole ? Un sacré pari et un pari tenu. 

CHRISTOPHE LUCET 


Un prêtre sort un roman dont l'intrigue évoque " l'affaire Saint-Eloi " 
À l'occasion de la sortie de son roman « Le corps du crime » dont l'intrigue évoque le milieu traditionaliste, le père Francis Ayliès porte un regard acéré sur « l'affaire Saint-Éloi ». 
Par Hélène Rouquette-Valeins
 

 
Pour Francis Ayliès, il faut « reformer les prêtres traditionalistes ». PHOTO STÉPHANE LARTIGUE 

« Sud Ouest ». Dans le livre (« Le corps du crime ») que vous avez écrit (lire encadré ci dessous), vous mettez en scène un prêtre partisan de Vatican 2 et un traditionaliste. Ce roman policier est-il un roman à clés ? 

Francis Ayliès. Comme je l'ai écrit dans la phrase d'exergue du livre, « j'écris parce que je ne sais plus à qui parler ». Cet ouvrage est une façon d'inviter la hiérarchie du diocèse, ses prêtres et ses laïcs à agir avant qu'il ne soit trop tard, c'est-à-dire avant que l'institut du Bon Pasteur, installé à Saint-Éloi par Benoît XVI début 2007, pour cinq ans « ad experimentum » ne devienne définitivement acquis aux traditionalistes. 

Mais l'affaire dite de Saint-Éloi n'est-elle pas avant tout une question politique concernant l'extrême droite et ses liens avec les milieux tradis ? 

Je connais des catholiques qui préfèrent la messe en latin parce qu'elle leur rappelle leur enfance et ce ne sont pas tous des fachos. Si début 2007, la commission de relation avec les responsables de la paroisse Saint-Éloi avait été installée, il n'y aurait pas eu d'affaire, ni d'« Infiltrés ». 

Pourquoi, selon vous ? 

Parce que le problème est avant tout théologique. Il ne faut pas oublier que les prêtres de Saint-Éloi n'ont jamais été formés par l'Église catholique. Ils continuent donc à répandre la même haine contre Vatican 2. Ils auraient dû suivre des stages de « reformation ». Si aujourd'hui un pasteur protestant se convertissait et demandait à devenir prêtre catholique, il devrait repasser par le séminaire. Pourquoi pas les tradis. 

Sont-ils théologiquement si éloignés de ce que les laïcs attendent ? 

C'est effrayant. Il suffit de lire « Le Mascaret », édité par Saint-Éloi. Ils confondent la beauté de Dieu avec celle de la liturgie. Quand je lis que l'Église « fait du paupérisme liturgique alors que la cour céleste chante sans cesse la gloire de Dieu » ou quand je découvre « les morsures d'un feu inextinguible » dans un article consacré au Purgatoire, je me crois revenu au Moyen Âge. Ils ont une conception des catholiques suivant un prêtre sacrificateur. 

Comment expliquez-vous ces écrits ? 

Ils ont une vision piétiste, saint-sulpicienne de la foi, avec une petite spiritualité. Ils ont peur de l'ouverture au monde et puis ils sont comme tous ceux qui, persuadés d'être les seuls à être purs, rejettent ceux qu'ils considèrent comme impurs et veulent même les faire disparaître. Ils rêvent d'un pays uniquement chrétien, mais à leur manière et rejettent les autres. 

Ce qui peut aller très loin ? 

Nous sommes face à un monde de plus en plus complexe et les prêtres traditionalistes veulent qu'on leur fournisse des solutions à opposer aux fidèles. Ils ne veulent pas du développement d'un esprit critique. Leur enseignement est un très mauvais usage de la disputatio de Saint-Thomas d'Aquin, à laquelle on ne laisse que la partie solution. Actuellement je dirais qu'il existe deux bateaux bibliques. Celui des tradis constate que le monde court à sa perte et se réfugie dans l'Arche de Noë. L'autre, c'est celui de Jésus sur le lac de Tibériade qui affirme que l'on doit vivre dans le monde avec la tempête. 

Ne décrivez-vous pas une Église catholique en pleine rupture ? 

Mais c'est sa situation. La génération qui a fait Vatican 2 - prêtres et laïcs - passent pour des « has been ». Je crains que la hiérarchie de l'Église ne veuille plus d'une génération de contestation, mais de composition.

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 09:17

http://www.lavie.fr/images/2010/05/04/6043_couv3158_440x260.jpgJean-Pierre DENIS, le sympathique éditorialiste de La Vie, nous ressert son couplet au sujet de M. l'abbé Philippe Laguérie. A lire en cliquant ici.

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 08:30

 

http://www.lespectacledumonde.fr/images/stories/couv/couv566.bmpEglises, chapelles et oratoires abandonnés, dégradés et, finalement, détruits : près d’un siècle après le cri d’alarme de Maurice Barrès dans la Grande Pitié des églises de France (1914), notre patrimoine religieux est à nouveau menacé. De nombreuses associations de sauvegarde se mobilisent.

Un article de Sophie Humann, à lire sur le site du Spectacle du monde.

 

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 20:06

consacré au pape Benoit XVI. Voilà ce que vous réserve, chers liseurs, l'équipe éditoriale du journal à paraître le samedi 24 avril prochain. Il m'a été donné de le survoler rapidement à l'écran. Cela s'annonce marquant et profond, pour fêter le cinquième anniversaire du pontificat du Souverain Pontife. On y retrouve des contributions de MM. les abbés Barthe, Iborra et de Tanoüarn et d'Yves Chiron , notamment. Philippe Maxence lance un vibrant "Nous sommes derrière vous !" à l'intention du Saint-Père. Le journal met en place un appel à l'adresse du pape, invitant ses lecteurs à prier et jeûner en cette période où l'Eglise et le Vicaire du Christ sont pluri-quotidiennement attaqués.

L'Homme Nouveau a un site internet où il est probable que l'on retrouvera tous les moyens de s'unir à cette intention. Nombre d'entre vous en connaissent sûrement l'adresse, mais au cas où : http://www.hommenouveau.fr/

Additif : le site de l'HN propose en effet à présent la consultation de cet appel. Voyez ici.

Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 21:12

Cet ouvrage vient de paraitre aux éditions Tequi. Je ne peux que vous le recommander. Vous pouvez passer commande les yeux fermés en cliquant sur le lien mentionné vers Tequi, ou encore ici...


voir Comment il faut aimer le Bon Dieu
Caractéristiques :
Auteur : Abbé Antoine Crozier
Editeur : TEQUI
Paru en : mars 2010
Présentation : 84 g - 11 cm * 18 cm - 96 pages
Code barre : 9782740315361
ISBN : 9782740315361
Prix : 8.00 €
Résumé
Préface de Mgr Barbarin
Ordonné prêtre en 1877 pour le diocèse de Lyon, ami du bienheureux Charles de Foucauld, l’abbé Crozier révéla très vite la profondeur de son âme. Il fut un éveilleur de vocations au Sacerdoce et de sainteté. Il fit l’offrande totale de son être et reçut les stigmates, participant ainsi aux souffrances du Christ.
Mais ce qui le caractérise, c’est d’abord sa doctrine simple, courte, pratique et toute proche de celle de sainte Thérèse de Lisieux. A une époque encore profondément marquée par le jansénisme, elle influença durablement ceux qui fréquentèrent l’abbé Crozier.
On en trouve l’essentiel dans ce petit livre, publié dès 1894 et qui a dépassé 1,3 millions d’exemplaires ! A la suite des plus grands docteurs de l’Eglise, l’abbé Crozier rappelle la grande simplicité de la vie chrétienne : « Tout par amour ! »


A propos de l’auteur : 
Antoine Crozier, né le 8 février 1850 à Duerne dans le Rhône, mort le 10 avril 1916 à Lyon, est un prêtre catholique français.
En 1882, il est nommé aumônier d’un Carmel et devient le directeur spirituel de la prieure qui l’incite à rédiger un ouvrage. C’est alors qu’il publie Comment il faut aimer le bon Dieu, livret qui sera imprimé à un million d’exemplaires !
De sa rencontre avec une jeune postulante au Carmel, Antonine Gachon, favorisée de visions, il fonde en 1888 l’Union dans le Sacré-Cœur et pour le Sacré-Cœur, association à l’origine de l’Union des Frères et Soeurs du Sacré-Coeur de Jésus qui sera fondée un peu plus tard par Charles de Foucauld.
Stigmatisé le 10 janvier 1901, durant l’Eucharistie, il fut ami du Père Charles de Foucauld. Les lettres que Charles de Foucauld lui a écrites ont été publiées. Malade, il meurt le 10 avril 1916 à Lyon.
Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 18:45

Le mensuel mag2Lyon, fondé et dirigé par le sinistre Philippe Brunet-Lecomte, fils d'un ancien président des AFC-Lyon, vient encore de se livrer à un de ces scandales dont il a le secret.

Monsieur Brunet Lecomte appelle cela "un testing". Ainsi n'a-t-il rien trouvé de mieux que d'envoyer quatre journalistes de son équipe "à confesse".

Et cela donne ceci :

 Comment l’Eglise lyonnaise réagit aujourd’hui face au scandale de la pédophilie ? Des reproters (sic) de Mag2 Lyon sont allés se confesser auprès de curés lyonnais en expliquant qu'ils avaient été victimes d'abus sexuels dans leur enfance. 

http://mag2lyon.com/images/small_398eaf94bfb41f03270f1fdb6383a174.jpgNos pauvres compères font même mine d'être "tombés par hasard sur le cardinal Barbarin à la cathédrale St Jean. Comment ne pas admirer ces journalistes qui trouvent le moyen d'aller pile-poil un vendredi soir à la cathédrale, juste au moment où le Primat des Gaules est précisément à l'écoute des fidèles du diocèses ? On appelle cela "avoir le nez creux". A moins qu'en fait on se fiche précisément de la figure de son lectorat. Comment imaginer en effet que cette demoiselle se soit trouvée là "par hasard". Le but n'était-il pas justement de "se payer le cardinal".

A la lecture de l'article, elle en fut pour ses frais, et le Brunet-Lecomte avec elle, puisque les réponses de Mgr Barbarin ont été impeccables. Reste le scandale de ces fausses confessions réalisés par cette équipe éditoriale, qui avait aussi testé du temps de feu Lyon Mag les différents confesseurs lyonnais.

Quand donc ficheront-ils la paix aux catholiques ? Quand donc respecteront-ils nos sacrements ?


Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 18:47

Eric Zemmour : Mélancolie française ou l’idéal romain dans notre Histoire

Entretien avec l’auteur par Christophe Dickès

Très controversé, le livre d’Eric Zemmour n’en reste pas moins un travail érudit. Il offre une réflexion inédite sur la transmission de l’héritage romain à travers notre histoire. Un livre au carrefour de l’histoire de France et européenne, de la géopolitique et de la psychologie des peuples.

Un entretien à écouter en cliquant ici
Repost 0
Published by XA - dans Lecture
commenter cet article